Les 5+1 plugins VRAIMENT indispensables pour le mixage

La guerre des plugins… STOP !

Toutes les semaines des plugins sortent chez différentes marques… Mais sont ils vraiment utiles ? Certes il existe des plugins créatifs, qui permettent d’explorer de nouveaux territoires. Mais à part ceux là ? Vont ils nous aider à réaliser notre mixage ?

La réponse est simple : non.

Tu n’as PAS BESOIN d’une série de plugins à la mode type Waves, Slate Digital ou UAD pour faire de bons mixages.

Surtout si tu es débutant !

Il faut apprendre à utiliser les outils basiques (et pas sexy) qui sont offerts directement dans notre DAW et qui suffisent LARGEMENT à faire de bons mixages.

 

L’égalisation

Le couteau suisse par excellence. Il va te permettre de nettoyer les pistes, de mettre en avant les fréquences importantes, de supprimer les fréquences qui gênent, voire qui polluent littéralement notre musique. L’EQ est vraiment l’outil numéro un pour réussir un mixage. Un outil simple et pas si évident que ça à maitriser, paradoxalement.

La compression

Sorte de fader de volume automatique, la compression est un plugin bien souvent surestimé. on en fait tout un cinéma, c’est le plugin ultime pour avoir le son qui tape. Il y a beaucoup de légende autour de cet effet. En réalité, la compression est un effet assez basique une fois qu’on en comprend le principe, mais à utiliser avec prudence. Dans les faits, quand on réduit la dynamique d’une musique, on en réduit également son impact, son émotion. Prudence donc à ne pas tomber dans la surenchère…

La saturation

Effet relativement subtil, la saturation est là pour simuler l’analogique. L’idée c’est de rajouter de la chaleur et des harmoniques qu’on retrouvait dans les machines hardware, via les lampes, les transistor, les bandes magnétiques, bref, tout ce qui influait PHYSIQUEMENT sur le signal sonore.  Un effet qui peut vraiment faire une grande différence sur tes pistes, pour peu que tu en saisisse la « subtilité »…

 

La reverb

Spatialiser notre son est essentiel pour créer une impression de profondeur, de trois dimensions. La reverb simule l’acoustique d’une pièce.
La réverbération est un plug in chiant à maitriser, avec lequel je me bats constamment : on en met vite beaucoup trop, régler la taille de la room, le decay (le décalage entre le son et le début de la reverb) ce sont des paramètres vraiment subtils, qui changent tout et sont complexes à gérer. Pourtant c’est un des plugins essentiels.

 

Le delay

L’effet que je préfère. Il permet de spatialiser lui aussi, mais pas que. Par l’effet de répétition, on peut donner un peu de profondeur à une piste, jouer sur la stéréo avec les delay type ping-pong. Mais on peut aussi être super créatif, en jouant sur le feedback, le dry/wet. Aller chercher des réglages extrêmes, jouer sur l’automation…

Surtout, le delay est un effet dont on entend tout de suite le résultat, c’est gratifiant, amis surtout on sait si on est dans le vrai ou non, directement. Ce qui est plus compliqué pour le compresseur ou la saturation.

 

Plug in BONUS : le fader de volume !

Désolé pour ce bonus pas sexy, mais c’est la vérité : un bon mixage commence d’abord par une bonne session de réglages de volume. Parfois ça peut prendre une heure, juste pour trouver le bon équilibre entre les différentes pistes. Alors, avant d’utiliser l’EQ, la compression, la saturation, la reverb ou le delay, pense à régler tes volumes !!

 

Alors, es tu d’accord avec ma sélection de plugin indispensables ?
Dis moi en commentaires !

lemusicien
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments