Comment Vendre sa Musique quand on Aime PAS (se) Vendre ?

vendre sa musique quand on aime pas vendreAujourd’hui j’ai le plaisir d’accueillir sur le blog Guillaume, pour évoquer le marketing musical, vaste sujet s’il en est. Vous allez voir, Guillaume vous a concocté un article aux petits oignons…

Hello à toutes et à tous, c’est Guillaume du site MarketingMusical.fr et c’est un plaisir de parler avec vous d’un sujet assez sensible pour les musiciens indépendants… la vente et le marketing de votre projet musical !

Pour beaucoup d’artistes, « vendre » sa musique et faire du « marketing », c’est vendre son âme, abandonner l’aspect artistique et devenir commercial.

Après tout, en tant que musicien, pourquoi devrait-on enfiler un costard et devenir un VRP ? Un manager ou un label ne pourrait pas faire ça pour nous ? Notre talent ne pourrait pas être reconnu unanimement partout où on va ?

Cette philosophie conduit l’artiste qui n’aime pas se vendre à croire que ce n’est pas pour lui.

Il ressent alors de la nervosité, de la timidité et un incroyable manque de confiance en soi quand il s’agit de vendre sa musique ou son projet dans un but particulier.

Le pire, c’est que cela peut concerner aussi bien des rencontres avec des professionnels de la musique, que de simples interactions avec des fans potentiels, en ligne comme dans la vie réelle.

Or, en l’occurrence, si vous partez de zéro et que vous avez un minimum d’ambitions, il est plus que jamais nécessaire de séduire votre audience et de malgré tout « vendre ».

1) Il va falloir (se) vendre

La plupart des musiciens abordent l’aspect marketing de leur carrière de la mauvaise manière.

Ils vont soit bâcler cela, soit rejeter en bloc l’idée même de vendre quoi que ce soit.

Dans la première situation, c’est justement là que vous vous transformez en VRP du dimanche : vous ne savez pas quoi dire, à qui, quand et comment, vous improvisez et au final les intéressés perdent patience de par le manque de relief dans votre projet.

La seconde situation peut être intéressante sur le court terme (par exemple si vous décidez de distribuer gratuitement votre musique en ligne), mais qu’en est-il de l’avenir de votre carrière ?

Comment avancer si votre projet stagne, n’est pas rentable et n’intéresse personne ?

Si vous voulez continuer à faire de la musique, vous allez devoir considérer ce projet qui vous tient tant à cœur comme le business qu’il mérite d’être.

Même un groupe amateur aura du mal à préserver sa motivation, s’il constate qu’il est incapable de mobiliser au-delà des proches et des amis.

Cela ne veut pas dire que vous devez commencer à faire de la musique « commerciale », à changer de look et à faire du porte-à-porte. Il s’agit de continuer à faire ce que vous faîtes, mais en prenant plus de recul et en ayant une vision globale.

Heureusement, l’authenticité n’a rien à voir avec le fait de « marketer » sa musique.

Dans tous les cas, vous méritez de vendre votre musique, vous vous devez d’être présent sur tous les fronts et c’est sûrement plus simple que ce que vous pensez.

Votre musique a de la valeur

Le problème est souvent que les artistes ne se rendent pas compte de la valeur de ce qu’ils créent.

On nous apprend à créer ce qui se vend, mais pas à vendre ce que l’on crée.

Or, en tant qu’œuvre d’art, la moindre de vos chansons a autant de valeur pour vos fans qu’un titre des stars planétaires que sont Adele ou Beyoncé.

Faut-il avoir honte de demander un cachet plus élevé, de créer une campagne de crowdfunding avec un objectif à 5 chiffres ou bien de vendre des t-shirts à 20€ ? Oh que non ! Du moment que cela reste censé.

Vendre sa musique et sa marque est quelque chose de tout à fait acceptable et même d’attendu. Malgré que Spotify, Youtube, PirateBay ou iTunes disent l’inverse, votre musique a de la valeur.

Personne ne vous reprochera de demander de l’argent : ni vos fans, ni les pros de la musique. Mais il faut procéder de la bonne manière et justifier cela.

D’ailleurs, vous devriez constamment vendre votre musique

Quand on parle de vendre votre musique, il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas de faire la promo de son prochain album ou single comme un(e) dingue pendant plusieurs semaines, puis de passer en silence radio quand on commence à travailler sur quelque chose d’autre.

Vous devriez commencer à vendre votre marque et votre univers dès que vous avez les compétences nécessaires pour cela.

Bien entendu, l’intensité de votre promotion dépendra grandement de l’actualité à promouvoir.

Mais, le marketing de votre musique ne devrait pas être une préoccupation ponctuelle, mais bien une habitude au cœur de votre carrière d’artiste.

La vente est une compétence comme les autres : plus vous pratiquez, plus vous devenez bon.

Vendre votre projet musical n’est pas quelque chose de difficile

La bonne nouvelle, c’est que c’est même plus simple que ce que vous pensez.

Nombreux sont ceux qui estiment que la vente et le marketing ne sont pas à leur portée.

Après tout, c’est totalement compréhensible puisque quand on démarre dans la musique, on ne se doute pas que l’on devra un jour ou l’autre ouvrir un livre de business.

Mais comme nous l’avons vu, si vous voulez vous faire connaître et rentabiliser votre projet, alors le marketing est une obligation.

Heureusement, vous n’êtes pas obligés de demander l’aide d’un manager ou d’un label pour cela : tout le monde peut apprendre les bases de la promotion musicale, sans forcément sortir de Harvard ou de Polytechnique.

Il est vrai que cela demande du travail, mais rapidement le marketing deviendra une seconde nature pour vous, au point que vous trouviez cela… assez plaisant !

vendre sa marque et son univers
2) Ce n’est pas ce que vous croyez

À vrai dire, le marketing musical n’est pas quelque chose de si éloigné de ce que vous faîtes déjà.

Il s’agit principalement d’attirer l’attention sur votre projet, d’optimiser vos acquis et vos habitudes et de mobiliser afin de viser plus loin.

Du bouche-à-oreille à grande échelle

Ceux qui débutent croient souvent qu’il leur suffit de faire de la bonne musique pour percer.

Ainsi, le plan d’action du groupe lambda consiste par exemple à composer, répéter, enregistrer et diffuser (en ligne, principalement), en attendant de se faire remarquer.

Malheureusement, celles et ceux qui ont essayé cette technique vous le confirmeront : il s’agit de la meilleure manière pour ne vendre absolument aucun album (ou bien très peu).

Il ne suffit pas d’avoir du talent, il faut que vous soyez reconnu comme talentueux. Ainsi, il faut que l’on soit conscient de l’existence même de votre projet musical.

Et pour cela il vous faut de la visibilité. Il faut que vous soyez entendu. Autrement, comment pourriez-vous vendre votre musique à quelqu’un qui ne vous a jamais écouté ?

Le souci, c’est que vous n’êtes pas seul à vouloir obtenir l’attention des amateurs de musique.

Aujourd’hui, l’offre musicale est quasiment infinie. Vous avez donc besoin d’aller plus loin que les autres : vous avez besoin de convaincre votre audience que votre musique mérite d’être écoutée et achetée, à travers votre message, votre univers et votre marketing.

Tel est le but de la promotion musicale : capter l’attention du fan potentiel et le convaincre de la valeur de votre musique.

« Marketing is everything »

Aujourd’hui, vendre sa musique, c’est penser « marketing« .

C’est quoi le marketing ? C’est TOUT ce que vous faites ! Vous vendez votre musique et votre projet musical quand :

  • Vous écrivez la moindre métaphore pour une nouvelle compo
  • Vous publiez sur les réseaux sociaux
  • Vous chantez et jouez vos morceaux en concert
  • Vous parlez avec un fan
  • Vous changez de photo de profil
  • Vous répondez au téléphone
  • Vous envoyez un email
  • Quelqu’un visite votre site
  • Vous choisissez une pochette d’album
  • Vous validez le moindre mot de votre biographie
  • Vous répondez aux commentaires
  • Etc.

En bref, OUI, vous vendez déjà votre musique, votre univers et votre marque, que vous le vouliez ou non.

C’est justement quand l’on n’est pas totalement conscient de cela que l’on rate notre branding et notre marketing.

Ces choses étant si naturelles, on oublie rapidement qu’elles finissent par définir l’identité du projet musical. Cela implique principalement que :

  • La moindre de vos actions a des conséquences sur votre image de marque.
  • Vous pouvez toujours vous améliorer afin de donner la meilleure impression possible.
  • Aucun label ou manager ne peut s’occuper de 100% de votre marketing. VOUS avez besoin de savoir comment agir au mieux face aux différentes problématiques (fans, pros, concerts, réseaux sociaux, etc.).

Ceci étant dit, il y a bien évidemment des tâches que vous pouvez (et que vous devriez) déléguer à des personnes compétentes.

Vous n’êtes pas seul(e) !

Même si les principes du marketing musical ne sont pas si compliqués à assimiler, la mise en place peut demander du temps et du travail, notamment si vous faites cela sérieusement.

Or, vous comprendrez bien que s’occuper de tout le marketing de votre projet (réseaux sociaux, concerts, presse, Youtube, merch, distribution, branding, etc.) peut être quelque chose d’épuisant, conduisant à la perte de motivation, aux erreurs ou au burnout.

La clé pour cela est de faire appel à d’autres personnes pour ce qui est de votre promotion musicale.

Si vous n’avez pas les moyens de former une équipe et que vous n’êtes pas soutenu par la moindre structure, alors vous pouvez faire appel à vos fans, à des proches ou aux autres membres de votre groupe.

Cela vous facilitera grandement la tâche, tout en vous permettant de passer plus de temps sur ce qui vous préoccupe vraiment, toutefois soyez bien sûr de savoir ce que vous faites.

Il est préférable de se former et de donner une direction dans un premier temps, avant de donner le relais. À partir de là, que pouvez-vous déléguer ? Le community management ? Le booking ? Les relations presse ? Le montage de vidéos ? Etc.

promotion musicale et authenticite
3) Trouvez votre voie

Je comprends bien que si vous lisez cet article, c’est en partie car vous pouvez trouver certaines techniques de vente et actions marketing un peu trop… agressives à votre goût.

Trop de promotion et pas assez d’authenticité, n’est-ce pas ?

Heureusement, rien ne vous empêche de trouver votre propre style de communication. Il sera bien plus simple pour vous de mettre en avant face aux intéressés la valeur réelle de votre projet musical, sans avoir le sentiment de voler ou de mendier.

Par exemple, vous pouvez commencer par voir cela davantage comme un dialogue, réduire les barrières avec vos interlocuteurs et n’utiliser que des outils et des tactiques qui vous correspondent.

Le marketing est un échange

À une époque où les fans sont constamment connectés avec leurs artistes favoris, le marketing devient un dialogue.

Si vous ignorez votre communauté et que vous faites le choix de ne pas échanger avec elle, vous sabotez toute votre stratégie de promotion musicale.

C’est particulièrement le cas sur les réseaux sociaux : si certains de vos fans commentent, répondez-leur.

Répondez à tous les messages (ou au moins à la majorité), notamment si la taille de votre fanbase n’est pas encore trop importante. Si vous avez 3 millions de fans, on peut comprendre.

En impliquant vos fans dans votre carrière, vous les rendez bien plus loyaux et proches de votre projet.

En parlant avec eux, vous les emmenez dans votre univers et dans votre aventure, ce qui ne pourra qu’augmenter le bouche-à-oreille et leur soutien sur le long terme.

Au contraire, si vous partez dans un monologue, votre communauté sera frustrée et se tournera rapidement vers un autre artiste ou groupe qui lui donnera plus d’attention. Instaurer cet échange est vital pour votre carrière.

D’un point de vue relationnel, quand vous interagissez avec des fans ou des pros, prenez l’habitude de :

  • Écouter activement ce que l’on vous dit afin d’amener un dialogue sain et équilibré
  • Poser des questions afin de mieux comprendre la situation de votre interlocuteur (problématiques, besoins, désirs, centres d’intérêt, etc.) et de créer du lien
  • Donner de la valeur en essayant d’aider au mieux ou de surprendre votre interlocuteur en anticipant ses attentes. Que pouvez-vous faire pour lui donner plus ? Un conseil ? Une recommandation ? Un cadeau ?

Cela peut paraître difficile au premier abord, mais c’est au moment où vous arrêtez de penser à la vente et au marketing et que vous cherchez avant tout à donner de votre personne (sans rien n’attendre en retour), que la magie opère.

Par exemple, les professionnels apprécieront grandement que vous preniez le temps de comprendre leurs problématiques et besoins (en écoutant activement) et que vous leur facilitiez la vie et en en faisant plus que ce qui est demandé : promotion, professionnalisme, recommander à quelqu’un, etc.

Le marketing de votre musique ne doit pas forcément être impersonnel

Le fait est qu’Internet est un outil extraordinaire pour faire connaître votre musique dans le monde entier.

Néanmoins, je peux comprendre que certains musiciens soient encore réticents pour ce qui est de s’impliquer sur le Web.

Tout peut sembler si virtuel que l’on peut se demander à quoi cela va mener.

La vérité est que c’est à vous d’utiliser les canaux de communication que vous préférez.

Et en l’occurrence, si vous préférez avoir des interactions bel et bien réelles avec vos fans, multipliez les concerts (même impromptus) et les rencontres afin d’échanger avec votre public sans la moindre barrière entre vous.

Il en va de même avec les professionnels.

Rien ne vous empêche à l’ère d’Internet, de fermer votre boîte de réception et d’appeler ou même de rencontrer votre interlocuteur, autour d’un café ou d’une bière.

Quand c’est possible, cela va bien plus vite et c’est bien plus agréable.

Bien entendu, il existe des tas de manières de promouvoir sa musique en créant du lien. Le tout est d’oublier le « Moi, ma vie, mon œuvre », de sortir de sa zone de confort et de trouver sa voie.

Adoptez des outils qui vous correspondent

Choisissez des outils et des tactiques marketing qui :

  1. Vous plaisent (et votre équipe)
  2. Plaisent à vos fans
  3. Vous permettent d’avancer

Vous n’aimez pas envoyer des emails à la chaîne ? Privilégiez la qualité à la quantité ou essayez un autre support.

Vous n’aimez pas Twitter ou Instagram ? Utilisez d’autres plateformes qui vous permettent d’exprimer votre univers et de communiquer avec vos fans (Facebook, Snapchat, lives sur Periscope, vidéos Youtube, articles de blog, concerts en ligne, etc.).

Vous souhaitez réduire au maximum l’aspect vente de votre carrière, tout en gagnant toujours plus en visibilité et en faisant croître votre fanbase ?

  • Publiez seulement 1 ou 2 contenus promotionnels pour 10 contenus engageants sur les réseaux sociaux
  • Ne spammez pas les réseaux sociaux en implorant des inconnus de vous suivre
  • Ne faîtes pas de publicité Facebook ou Google Adwords
  • N’utilisez pas d’Auto-DM sur Twitter ou d’autorépondeur sur votre newsletter
  • Divertissez, apportez de la valeur, partagez votre aventure et connectez-vous avec vos fans
  • Mettez-vous à la place des pros et demandez-vous ce que vous pouvez faire pour eux (plutôt que l’inverse)

En somme, on privilégie les stratégies marketing pull (attirer les fans et les pros) plutôt que celles de push (pousser notre musique en espérant une réaction).

Conclusion

En bref, libre à vous de vendre votre marque et votre univers comme bon vous semble, du moment que vous avez un vrai plan d’action marketing en place.

Peu importe votre position sur cette question, il existe une myriade de tactiques et d’alternatives qui vous permettront de vous exprimer au mieux et de vous faire connaître.

Pour plus de conseils au sujet de la promotion musicale pour les musiciens et groupes indépendants, je vous invite à me retrouver sur le site Marketing Musical où j’aborde de nombreuses thématiques liées à cela (stratégie, branding, réseaux sociaux, site web, emailing, offline, etc.).

A très vite !

Guillaume

 

lemusicien
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments